Arte lance son 2ème Festival du cinéma… à la télévision !…

Une fois de plus, la chaîne franco-allemande cultive sa différence

Conforté par la réussite de la première édition de son Festival du Cinéma en 2010, Arte a décidé d’organiser la seconde édition sur son antenne du 11 au 23 novembre. L’occasion pour la chaîne de défendre son amour pour le 7ème Art et de revendiquer sa différence…

Car, qui d’autre qu’Arte pouvait avoir l’audace d’organiser un Festival du Cinéma à la télévision ? Première chaîne du cinéma en France (avec 384 longs-métrages diffusés en 2011), Arte a choisi de consolider ce statut en lançant à partir d’aujourd’hui la deuxième édition de son Festival du Cinéma. Les téléspectateurs pourront ainsi découvrir pendant deux semaines 14 films coproduits par la chaîne et inédits en clair.

Cette année, Mammuth du duo Delépine/Kervern et Le père de mes enfants de Mia Hansen-Love côtoieront notamment l’Antichrist de Lars Von Trier ou Tournée de Mathieu Amalric. Ce Festival, qui a cette année pour marraine Isabella Rossellini, a été créé dans un but précis: mettre en avant l’engagement d’Arte pour le cinéma d’auteur européen.

« Ce Festival valorise le travail fait pour le cinéma indépendant »

Directeur du cinéma d’Arte, Michel Reilhac explique la volonté de la chaîne avec ce nouveau rendez-vous : « Ce Festival permet de valoriser le travail que nous faisons pour le cinéma indépendant. Chaque année, nous coproduisons en moyenne 20 films et nous investissons sur chacun environ 400 000 euros. Nous cherchons toujours à remplir notre mission de service public ».

En ne s’attardant pas sur les blockbusters ou les comédies faciles, Arte fait figure d’épouvantail par rapport aux autres chaînes. Un constat que Michel Reilhac confirme : « Nous sommes des résistants, nous nageons à contre-courant, mais nous respectons notre mission qui est d’aider les créateurs ». Alors les téléspectateurs de Arte sont-ils les mêmes que sur les autres chaînes ? « Pas vraiment, reconnaît le directeur du cinéma de la chaîne. Mais ce ne sont pas forcément des cinéphiles. Ce sont surtout des spectateurs qui nous font confiance dans les choix de nos films. »

« Le système économique est difficile aujourd’hui pour le cinéma indépendant »

Selon Michel Reilhac, les téléspectateurs de la chaîne sont « relativement âgés », même si une tendance est à noter depuis un an. « Notre public se diversifie, notamment avec l’arrivée de jeunes cinéphiles qui sont à la fois curieux et désordonnés. Il découvre souvent les films par hasard ! » Si par l’intermédiaire de son Festival, Arte veut mettre en lumière le cinéma indépendant, il s’agit aussi pour le directeur cinéma de la chaîne de rappeler que le genre traverse actuellement « une crise grave ». « Le système économique est difficile aujourd’hui pour le cinéma indépendant, qui se retrouve écrasé par les films commerciaux ».

Et Michel Reilhac de tirer la sonnette d’alarme : « Le public a désormais changé ses habitudes et regarde les films sur tous les supports. À l’avenir, il faudra penser à explorer d’autres plates-formes que le grand écran ». En commençant par le petit, sur Arte, le 11 novembre, pour le lancement du Festival…

Du 11 au 23 novembre sur Arte…

Laisser un commentaire