Apple veut un accès privilégié à Internet pour sa télévision…

appletvIl réclame à Comcast un traitement de faveur pour éviter la congestion du réseau Internet.

Après le géant américain de la vidéo en ligne par abonnement, Netflix, c’est au tour d’Apple de négocier des conditions privilégiées pour éviter que son service de télévision en streaming ne soit ralenti par la saturation du trafic sur Internet. Le géant californien souhaiterait que ses vidéos disposent d’un accès privilégié aux câbles de Comcast, évitant ainsi les goulets d’étranglement qui se forment dans les réseaux Internet juste avant qu’ils n’atteignent les maisons des particuliers – une partie communément appelée « le dernier kilomètre ».

Le service de télévision d’Apple disposerait alors de la même qualité de transmission que les chaînes du câble, ce qui lui donnerait un sérieux avantage par rapport à ses concurrents directs que sont Roku et Google TV notamment.

Un trou d’air juridique

Un défi d’autant plus important à relever que le trafic sur le Web explose, à cause de la consommation de vidéo justement. A eux seuls, YouTube et Netflix représentent ainsi plus de la moitié du trafic américain en soirée, contre 30 % il y a trois ans. Apple n’est pas le premier à réclamer un traitement de faveur : Netflix a déjà accepté le mois dernier de payer Comcast pour obtenir des débits plus rapides de diffusion.

Les négociations entre les deux groupes n’en sont qu’à leurs débuts et beaucoup d’obstacles restent à franchir avant un accord définitif, souligne le « Wall Street Journal » qui révèle l’information. De fait, l’accord représente une nouvelle menace sur la neutralité du Net – ce principe qui interdit aux fournisseurs d’accès Internet de privilégier certains contenus au détriment des autres. Ce cadre réglementaire a longtemps empêché que les câblo-opérateurs fassent payer les fournisseurs de contenus pour obtenir un débit optimal pour leurs clients. Mais il est en train de voler en éclats. Le régulateur américain des télécoms a perdu une bataille majeure en janvier dernier, la cour d’appel de Washington l’ayant déclaré incompétent pour réguler les fournisseurs d’accès à Internet. Les opérateurs télécoms se sentent donc pousser des ailes pour imposer des conditions de trafic privilégiées à tel ou tel acteur, au détriment des autres.

La Federal Communications Commission tente de rédiger un nouveau cadre réglementaire qui obligera les opérateurs de réseaux à rendre compte de leur gestion du trafic et à ne pas restreindre la capacité des consommateurs à surfer sur le Web. Mais, en attendant le nouveau texte de loi, les fournisseurs d’accès comptent bien profiter au maximum du flou juridique.

Laisser un commentaire