Les intermittents manifestent à Paris…

intermittentLes intermittents manifestent à Paris : « Pas d’intermittents, pas de télévision »

Plusieurs milliers d’intermittents étaient rassemblés lundi après-midi place du Palais-Royal à proximité du ministère de la Culture à Paris pour protester contre les nouvelles règles qui prévoient un durcissement de leurs conditions d’indemnisation chômage. « Vous aimez le cinéma ? Vous aimez les intermittents ! », « Pas d’intermittents, pas de télévision », « Filippettitanic », « Nous avons des propositions », pouvait-on lire sur les banderoles des manifestants qui remplissaient la place, égayée par des marionnettes géantes. Le comédien Philippe Torreton, le metteur en scène Alain Françon, des artistes de la Comédie-Française voisine et du théâtre du Soleil étaient présents.

Les intermittents du spectacle organisent ce lundi une grande journée d’action nationale pour demander au gouvernement de ne pas agréer la nouvelle convention d’assurance-chômage qui prévoit un durcissement de leurs conditions d’indemnisation. Le gouvernement a confirmé à la mi-journée qu’il allait valider le texte, mais le Premier ministre a envisagé une remise à plat du système pour « ouvrir une voie d’espoir » pour les intermittents.

« La balle est dans le camp du médiateur »
« Manuel Valls a l’air de dire que nos propositions sont intéressantes, c’est une ouverture. Mais je voudrais savoir comment articuler ces propos avec un agrément du texte au 1er juillet », a déclaré à la presse le secrétaire général de la CGT-Spectacle, Denis Gravouil. « Le texte ne peut pas être signé, ni aujourd’hui ni au 1er octobre », a-t-il ensuite lancé aux manifestants. Un report de l’application du texte à la rentrée est parfois évoqué en coulisse pour sauver la saison des festivals. « La balle est dans le camp du médiateur nommé par le gouvernement. On le revoit mercredi et il fera des propositions à la fin de la semaine », a-t-il dit aux journalistes, faisant référence au député socialiste Jean-Patrick Gille. « Il ne s’agit pas de bloquer les festivals, la grève est votée sur place par les artistes et les techniciens. Mais c’est vrai qu’on est prêt à aller au clash si on n’écoute pas nos propositions », a ajouté le secrétaire général de la CGT-Spectcacle, fer de lance du combat des intermittents du côté syndical.

Les manifestants avaient prévu de se rendre devant Matignon en milieu d’après-midi, avant une assemblée générale à La Villette.

Laisser un commentaire