Production télé : Fusion Zodiak-Banijay…

telecommandeLes sociétés de production d’audiovisuel Zodiak et Banijay, deux des plus grosses d’Europe en la matière, ont annoncé, mercredi 29 juillet, qu’elles allaient fusionner pour donner naissance à l’un des plus importants producteurs indépendants mondiaux dans ce domaine, pesant un milliard de dollars de chiffre d’affaires.

De « Touche pas à mon poste » à Koh Lanta
Banijay a été créée en 2008 par l’ex-patron d’Endemol France, Stéphane Courbit, et comprend Air Productions, la société de production de Nagui, et H2O, la société de Cyril Hanouna, qui produit notamment « Touche pas à mon poste » pour D8. Elle produit aussi des émissions de téléréalité comme « Les Ch’tis » pour W9. En France, Banijay est devenue l’an dernier numéro un des producteurs d’émissions de « flux ».

Zodiak Media, contrôlée par l’Italien De Agostini (qui détient aussi 17 % de Banijay), détient notamment en France ALP (Fort Boyard, Koh-Lanta) et KM, qui, jusqu’ici, produisait « Le Grand Journal » pour Canal+ ainsi que Marathon, un des leaders mondiaux de l’animation. Zodiak s’est aussi lancée dans de grosses productions de fictions, comme la série « Versailles » pour Canal+.

Numéro 3 européen derrière Endemol-Shine et Fremantle
Ensemble, elles deviennent numéro trois européen derrière le duo Endemol-Shine (plus de 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires) et l’allemand Fremantle (1,5 milliard d’euros).

Stéphane Courbit, patron de Banijay, deviendra président du nouveau groupe et Marco Bassetti, jusqu’ici président exécutif de Banijay, en deviendra le directeur général, indique leur communiqué commun.

Banijay et Zodiak, de taille similaire, toutes deux créées en 2007-2008 de la réunion d’une collection de petites sociétés de production, se veulent complémentaires : elles seront présentes dans 18 pays ou territoires, avec des productions allant du flux (jeux, magazines, talk-shows), leur point fort, à la fiction, en passant par la téléréalité.

Elles regrouperont leur branche de distribution pour négocier la vente des droits de leurs productions avec les chaînes à l’international.

Des rachats en chaîne
La concentration des sociétés de production, qui veulent mieux négocier face aux diffuseurs et industrialiser leurs formats d’émissions pour les décliner dans de nombreux pays, s’est accélérée depuis 2014, avec notamment la fusion de la société néerlandaise Endemol et de la britannique Shine, propriété du magnat des médias Rupert Murdoch.

Autres rapprochement récents, Discovery Communications et Liberty Global, qui ont ensemble racheté la société britannique de production All3Media pour 930 millions de dollars, et le groupe de télévision britannique ITV, qui a conclu, en mai, le rachat de Talpa Media, producteur de « The Voice », pour environ 530 millions de dollars.

source : lemonde.fr

Laisser un commentaire