La télé sens dessus dessous…

      Aucun commentaire sur La télé sens dessus dessous…

firetvTF1, Canal +, France Télévisions, Radio France : entre plans de départs, limogeages, reprises en main, les bouleversements à la télévision font plus l’actualité que leurs programmes.

La rentrée télévisuelle a connu des années plus calmes. Claire Chazal vient de perdre sa place sur fond d’audiences moyennes (voir par ailleurs). Le nouvel actionnaire principal de Canal Plus, Vincent Bolloré, place ses proches à la direction de la chaîne cryptée et fait tomber des têtes quotidiennement. Pour l’instant, les audiences du nouveau Grand Journal, où il a installé Maïtena Biraben, sont très moroses (769 000 personnes soit moins de 5 % de part de marché), au diapason de l’ambiance dans la société.

Public et privé dans la tourmente
Du côté de l’audiovisuel public, ça tangue aussi. La direction de Radio France veut supprimer près de 300 postes (voir ci-contre) et France Télévisions est en pleine mutation avec l’arrivée de sa nouvelle présidente, Delphine Ernotte-Cunci. Cette dernière doit gérer une entreprise en déficit et trouver de nouvelles ressources pour réaliser son projet : bâtir un grand groupe international. Pour cela, l’ex patronne d’Orange France dispose de plusieurs leviers : rationaliser les coûts (elle y travaille), militer pour une hausse et un élargissement de la redevance et pour le retour de la publicité après 20 heures. La pragmatique Delphine Ernotte-Cunci, assure être « fromage et dessert » : pour une redevance plus large et pour plus de publicité.

François Hollande doit arbitrer d’ici octobre. Il a dit son opposition à un élargissement de la redevance aux nouveaux objets connectés (tablettes, smartphone), mais n’a pas écarté une hausse de la redevance. Elle devra toutefois ne pas être « exagérée » selon le Président : en pleine période affichée de baisse des impôts, l’augmenter serait très impopulaire.

Redevance ou pub ?
L’autre solution, c’est de rétablir la publicité sur France Télévisions après 20 heures. Elle a été supprimée par Nicolas Sarkozy au début de son mandat en 2007. Cela ne fait pas l’unanimité. « La publicité n’est pas une variable d’ajustement du budget de France Télévisions », tempête la sénatrice UDI de Seine-Maritime Catherine Morin-Desailly (présidente de la commission culture et communication au Sénat).

Un retour de la publicité sur France Télévisions inquiète aussi M6 et TF1. L’impact pourrait être en effet de plusieurs dizaines de millions d’euros pour les deux groupes. Comme ils ont connu des audiences décevantes en août, cela risque de détourner les annonceurs potentiels. Les actions de TF1 et M6 ont d’ailleurs fortement chuté à la bourse. Michel Sapin, le ministre des Finances, devra en tenir compte dans la préparation de sa loi de finances qui s’annonce un joli casse-tête.

source : ledauphine.com

Laisser un commentaire