Robert Redford : « La télévision est plus créative que le cinéma »…

Robert RedfordActeur mythique et créateur du festival du film indépendant de Sundance, Robert Redford produit aussi des séries télévisées et interprétera, au cinéma, le journaliste Dan Rather. Rencontre à l’hôtel George V avec cet homme élégant, de passage à Paris pour Sundance Channel, et qui, à 79 ans, garde le même regard bleu que celui du héros d’Out of Africa.

Vous avez revendu la chaîne Sundance mais vous continuez de la promouvoir. Pourquoi ?
Parce que je suis toujours impliqué! Je ne veux pas qu’elle change mon idée de départ qui était de promouvoir le cinéma indépendant que j’aide avec mon festival. Certains films y sont diffusés en même temps que dans les salles parce que, pour certains, sortir au cinéma en famille devient trop cher. Et moi, ça me permet de rester en contact avec de nouveaux artistes.

Depuis dix ans, vous produisez également des séries pour le petit écran. Estimez-vous qu’il y a plus de créativité à la télévision aujourd’hui ?
Oui, en ce moment, c’est le cas. Il y a tellement de chaînes de tous genres que la demande est très forte! Il y a beaucoup plus d’opportunités d’y créer des choses, d’exploiter son imagination. Et c’est à présent devenu très bien payé! La télévision est vraiment devenue un média fort.

Est-elle l’avenir du cinéma ?
On a besoin des deux. D’ailleurs, la télévision permet de garder les films vivants en les diffusant. C’est une plate-forme. Et puis, un jour, la tendance s’inversera peut-être…

A-t-on une chance de vous y revoir ?
Non. J’y ai fait mes débuts, de 1959 à 1963, puis j’ai fait du théâtre et enfin du cinéma et je n’y suis jamais retourné. Je sais que beaucoup d’acteurs célèbres y retournent avec succès et qu’aujourd’hui, on gagne beaucoup d’argent dès lors que l’on tourne une série. C’est tentant, mais on s’enferme. Moi, j’aime trop la diversité. Ce dont je suis le plus fier dans ma carrière, c’est de m’être organisé pour avoir la liberté de faire les choses que je voulais, comme je les voulais!

Et vous serez prochainement à l’affiche de deux films…
Dans l’un, Truth, je joue le journaliste Dan Rather, que je connais très bien. Un scandale a terni sa carrière. Ce fut un moment important dans la vie américaine des médias. On raconte tout ce qui s’est passé en coulisses. C’est toujours la zone d’ombre qui m’intéresse. L’autre film, A Walk in the Woods, est adapté du livre de Bill Bryson. C’est une histoire d’amitié entre deux hommes vieillissants qui nous a conduits, Nick Nolte et moi, à pied dans les Appalaches

Êtes-vous toujours aussi sportif ?
Oui, ça va. Je marche, je skie, je monte à cheval, je nage…

Et toujours investi dans la défense de l’environnement ?
Plus que jamais ! J’ai fait un discours à l’ONU le mois dernier et je reviendrai également à Paris en décembre pour intervenir lors de la Conférence sur le climat. Les changements climatiques sont une réalité. Nous devons agir maintenant !

source : lefigaro.fr
Propos recueillis par Élisabeth Perrin

Laisser un commentaire