40 ans après sa création, Sony annonce la mort du Betamax…

betamaxSony a annoncé la mort prochaine du format Betamax. Âgé de 40 ans, le format avait perdu la grande guerre qui l’opposait au VHS pour le contrôle du marché vidéo domestique. Et si beaucoup pensaient sans doute que la technologie était morte depuis longtemps, l’enterrement n’aura lieu qu’en mars prochain.

Le format Betamax de Sony devait permettre à l’entreprise japonaise de remporter la bataille des cassettes vidéo. Il n’était pas le premier à débarquer sur ce secteur car Philips était déjà présent avec son VCR depuis 1972. Les cassettes utilisées avaient un format carré, mais la technologie n’était guère fiable. Les cassettes ne pouvaient en outre enregistrer qu’une heure de contenu. Quand Sony lance son propre produit en 1975, ses cassettes ont une capacité de deux heures et une qualité d’image nettement supérieure.

Un ensemble de facteurs a favorisé le VHS
On sait pourtant que le Betamax n’a pas gagné la guerre qui s’amorçait alors. En 1976, le format VHS de JVC débarque au Japon, puis deux ans plus tard en France. Comment expliquer qu’une technologie arrivée plus tard ait pris l’ascendant sur une autre, jugée plus performante ? Il existe en fait plusieurs facteurs, et la légende qui voudrait que ce soit l’industrie pornographique qui ait tranché n’est que partiellement vraie.

Sony a bien fait le choix de refuser que son Betamax soit utilisée pour le lancement de films pornos. Le marché était pourtant potentiellement énorme car la consommation de ce type de contenu ne se faisait pratiquement que dans les cinémas spécialisés. JVC n’a pas eu les mêmes scrupules et il est évident que cette différence ait pu aider certains acheteurs à faire leur choix.

Pour autant, il existe d’autres facteurs qui ont certainement influé davantage sur le destin. Par exemple, le rapport qualité prix. Le Betamax avait pour lui l’avantage de la qualité d’image, meilleure que celle de la VHS. Cette dernière n’était pas mauvaise, mais le Betamax allait simplement plus loin. Mais les tarifs n’étaient pas non plus les mêmes : là où un lecteur Betamax coûtait environ 1 000 dollars, un modèle VHS affichait un tarif trois fois moins cher. De plus, les cassettes VHS, au plus fort de la guerre (début des années 80), pouvaient déjà embarquer jusqu’à quatre heures de vidéo, le double de la concurrence.

La fin du Betamax pour mars prochain
Il faut donc voir dans la grande victoire de la VHS un ensemble d’éléments plutôt qu’une réponse simple, et donc simpliste. Ce qui n’empêche que le Betamax, sans doute à la surprise de beaucoup, existe toujours officiellement. Aucun lecteur n’est plus vendu depuis 2002, mais certains modèles de cassettes pouvaient toujours être commandés. Sony en arrêtera définitivement la commercialisation en mars prochain, environ 40 ans après la création du format. Notez tout de même que seul le marché japonais pouvait encore profiter de ces achats, à moins de passer par des importations.

Rappelons que si le Betamax reste un grand échec de Sony, la firme s’est quand même rattrapée depuis longtemps dans une autre guerre pratiquement identique : la vidéo haute-définition. Après tout, le HD-DVD avait beau être moins cher, c’est le Blu-ray qui l’a emporté, notamment grâce à sa capacité de stockage supérieure.

Laisser un commentaire