La télévision suisse supprime ses émissions religieuses et provoque la colère…

RTSPlusieurs collectifs religieux s’élèvent contre la chaîne RTS qui a décidé d’arrêter les émissions Faut pas croire, Hautes fréquences et À vue d’esprit de ses antennes.

Comment réagiraient les Français si France 2 décidait de se passer de Jour du Seigneur ? Si cette question n’est pas à l’ordre du jour dans l’hexagone, elle l’est en Suisse. Le groupe RTS vient en effet d’annoncer l’arrêt de trois émissions religieuses sur ses antennes: Faut pas croire sur RTS, Hautes fréquences sur La Première et À vue d’esprit sur Espace 2. En mettant fin à ces programmes, la chaîne espère réaliser des économies.

Cette décision ne fait pas l’unanimité. En témoignent les nombreuses réactions qui ont suivi cette annonce. À commencer par le cofondateur de l’émission Hautes fréquences qui s’est dit «outré». De son côté, le président du Conseil exécutif de la Conférence des Églises réformées de Suisse romande s’est montré sévère avec la chaîne. «Cette décision unilatérale de la Radio télévision suisse participe d’un anticléricalisme primaire qui considère que les religions sont à l’origine de violence et qu’il faut donc les bannir de l’espace public. Or c’est tout le contraire qu’il faut faire! Les religions quand elles sont intégrées et reconnues, contribuent à lutter contre les dérives sectaires», a expliqué Xavier Paillard à . Certains y verraient même une laïcisation de la RTS. Pour l’heure, la chaîne publique n’a pas commenté ces accusations.

Toujours est-il que, depuis quelques jours, cette affaire occupe la une des journaux en Suisse. Sur place, les médias suisses remarquent que jamais «la religion n’avait été autant à la une de l’actualité». Notons toutefois que les cultes, les messes, l’émission Dieu sait quoi (TV) et la chronique quotidienne sur La Première resteront à l’antenne de la RTS.

Laisser un commentaire