Argentine. Vers la fin du football gratuit à la télévision…

footRegarder gratuitement le championnat d’Argentine à la télévision pourrait bientôt n’être qu’un souvenir si les clubs parviennent à leurs fins : résilier le contrat des droits TV, détenu par l’Etat, pour négocier une meilleur offre auprès d’un groupe audiovisuel privé.

Le football argentin, en pleine effervescence après le départ de la sélection de Lionel Messi, la démission du sélectionneur et les crises à répétition, vient d’accoucher d’une ligue professionnelle, à quelques semaines du début du Championnat.

Cette « Superliga », lancée dans le giron de la Fédération argentine de football (AFA), aura pour mission d’organiser les compétitions, comme cela se fait en Europe. Le nouveau championnat débutera le 19 août, avec 30 équipes en première division, et s’étalera sur toute l’année.

Fort du soutien du président Mauricio Macri, qui a dirigé le club de Boca Juniors de 1995 à 2007 et fervent défenseur du projet de ligue, les clubs ont écrit lundi au chef de l’Etat pour lui proposer de mettre un terme au contrat de retransmission.

Depuis 2009, l’Etat argentin est détenteur des droits TV des rencontres de la sélection nationale et du championnat. Une initiative du gouvernement de l’ex-présidente Cristina Kirchner (2007-2015), baptisée « Football pour tous » (FPT), pour permettre aux Argentins de voir gratuitement et sans abonnement particulier tous les matchs du Championnat, alors que de 1992 à 2009 ces rencontres étaient retransmises sur des chaînes payantes.

Une offre d’environ 200 millions de dollars
« Le FPT a accompli un cycle et mérite d’être repensé. Les clubs sont disposés à libérer l’Etat » de ses obligations, écrivent ces dirigeants qui s’expriment au nom de la « Superliga ».

Selon des sources internes à l’AFA, une offre du groupe Turner (filiale du groupe de médias et de cinéma américain Time Warner et qui comprend notamment les chaines CNN, TNT, TBS, TMC, Cartoon Networks) était attendue prochainement. Elle pourrait avoisiner les 3.000 millions de pesos argentins (quelque 200 millions de dollars, 181,5 millions d’euros).

Jusqu’ici, le gouvernement payait 2.500 millions de pesos, soit un peu plus de 166 millions de dollars, pour les droits TV. Un montant désormais jugé insuffisant par les clubs alors que le programme FPT courrait jusqu’en 2019.

« Nous pensons obtenir plus de 3.000 millions de pesos, car nous pensons que le football vaut davantage que ça », a déclaré Victor Blanco, le président de Racing.

L’ancien international argentin Juan Sebastian Veron, devenu président du club Estudiantes de La Plata, s’est félicité du retour des chaînes payantes : « Il faut voir si le football argentin était gratuit ou s’il s’agissait d’une fausse gratuité ».

source : ouest-france.fr

Laisser un commentaire