Une communication audiovisuelle au service des territoires…

csaA l’image des presque 36 000 communes de son territoire, le paysage audiovisuel français est parmi les plus diversifiés d’Europe. Outre ses services nationaux, publics et privés, près de 900 radios FM et 40 chaînes de télévisions animent localement nos territoires en métropole comme en outre-mer et reflètent leur identité.

A l’image des presque 36 000 communes de son territoire, le paysage audiovisuel français est parmi les plus diversifiés d’Europe. Outre ses services nationaux, publics et privés, près de 900 radios FM et 40 chaînes de télévisions animent localement nos territoires en métropole comme en outre-mer et reflètent leur identité.

Ces médias de proximité jouent un rôle majeur pour la diversité culturelle et la vitalité du tissu économique, au plus près des citoyens et de leurs réalités quotidiennes. L’audiovisuel local est aussi, de manière croissante, une caisse de résonance du débat public autour des importants choix collectifs, qui sont de plus en plus nombreux à relever des collectivités décentralisées. Ce rôle structurant de l’audiovisuel des territoires est destiné à s’accroître avec la nouvelle organisation régionale.

En relation constante avec les élus
Loin d’être une institution exclusivement parisienne, le CSA a toujours été en relation constante avec les élus, qui le saisissent notamment de toute difficulté de réception ou de couverture, et qui attirent également son attention sur les besoins exprimés auprès d’eux en offre de programmes.
Le récent basculement de la TNT, d’une diffusion standard vers la diffusion en haute définition, en a fourni l’illustration. Les opérations ont été conduites durant la nuit du 4 au 5 avril, avec un taux de réussite très satisfaisant, pendant que les équipes nationales et locales du CSA s’attachaient à régler urgemment les difficultés ponctuelles.

Cet ancrage territorial est incarné par 16 CTA, organismes collégiaux qui réunissent des experts régionaux autour d’un membre de la juridiction administrative et bénéficient en permanence de l’appui d’un secrétaire général et d’un attaché technique audiovisuel. Les CTA sont le CSA sur le terrain. En juillet 2015, leurs compétences ont été renforcées, ainsi que leur autonomie de décision.

Proximité avec les nouvelles régions
A compter du 1er janvier 2017, les CTA assureront le suivi de l’ensemble des médias locaux, désormais les télévisions comme les radios. Par ailleurs, la cohésion d’ensemble de leur action est désormais confiée, au CSA, à un secrétariat général aux territoires, vers qui remontent l’ensemble des informations, s’agissant notamment de la gestion des fréquences FM et TNT.

En outre, les ressorts territoriaux des douze CTA de métropole sont très proches de ceux des nouvelles régions, quand ils ne coïncident pas exactement avec eux. C’est le cas du CTA de Dijon qui couvre la nouvelle région Bourgogne – Franche-Comté, de celui de Nancy pour la région Alsace – Champagne-Ardenne ou de celui de Toulouse pour la région Languedoc-Roussillon – Midi-Pyrénées.

Les CTA ont ainsi vocation à devenir des interlocuteurs actifs et immédiats de ces nouvelles collectivités. Les élus et les fonctionnaires territoriaux ne doivent pas hésiter à les solliciter. Ainsi, CSA, CTA, acteurs et médias locaux travailleront ensemble pour une communication audiovisuelle au service de territoires dynamiques, démocratiques et riches de leur diversité.

source : lagazettedescommunes.com

Laisser un commentaire